fbpx

Le régime dissocié est-il efficace pour perdre du poids ?

Perte de poids

Aujourd’hui je te parle du régime dissocié ! 

Tu le sais peut-être déjà, notre digestion est conditionnée par : la qualité des aliments, la mastication et évidemment par l’ambiance du repas. Mais certains mélanges peuvent être aussi très souvent à l’origine des digestions lourdes, lentes, acides ou difficiles. 

Plus on mélange les aliments et plus on allonge la digestion. Aussi, plus on dissocie et plus on l’accélère.

En quoi consiste régime le dissocié ? Est-il efficace pour perdre du poids ? Comment le suivre en pratique ? 

Je t’explique tout ! 

plusieurs fourchettes avec un aliment différent qui représentent le régime dissocié

Tu le sais peut-être déjà, notre digestion est conditionnée par : la qualité des aliments, la mastication et évidemment par l’ambiance du repas. Mais certains mélanges peuvent être aussi très souvent à l’origine des digestions lourdes, lentes, acides ou difficiles. De plus, certaines associations favorisent ou non la prise de poids. Bien connaître le fonctionnement du système digestif permet donc de mieux s’alimenter. 

Il existe 3 catégories alimentaires : les protéines, les lipides et les glucides. Chaque catégorie exige une digestion spécifique : à une étape de notre système digestif et avec des enzymes particulières. 

Connaître la physiologie de ta digestion va te permettre de comprendre le bien-fondé de certaines associations ou les nuisances qu’elles peuvent provoquer. 

Les différentes étapes de la digestion 

Dans la bouche tout d’abord, une enzyme contenue dans la salive, commence à dégrader les glucides. Lorsque le pain, les pâtes, le riz et les autres céréales sont mêlés à la salive, les molécules d’amidon commencent à être digérées.  

Dans l’estomac, grâce à l’enzyme de l’estomac, la pepsine, et à l’acide chlorhydrique les protéines commencent à être digérées

Plus bas, dans le duodénum, les sucs pancréatiques attaquent les 3 catégories alimentaires :

  • Des enzymes protéolytiques continuent le travail débuté dans l’estomac pour continuer de dégrader les protéines en polypeptides, cad des plus petites protéines ;
  • La lipase s’attaque aux graisses (lipides) préalablement émulsifiées par la bile venant du foie ;
  • Les amylases lysent les amidons pour parvenir au maltose ou au glucose.

Puis, dans l’intestin grêle, d’autres enzymes achèvent de réduire les sucres en glucose, les polypeptides en acide aminé. 

A la fin de toute bonne digestion, on a systématiquement transformé :

  • Les glucides en glucose ;
  • Les lipides en acides gras et glycérol ;
  • Et les protéines en acides aminés.

Seules ces formes digérées pourront être absorbées au niveau intestinal. 

Pour chaque étape, un pH (acide ou basique) extrêmement précis est exigé, de même qu’un temps correspondant à telle fonction enzymatique. Ainsi, le pH de la bouche est alcalin, celui de l’estomac est très acide, celui du duodénum neutre et celui des intestins variable selon les étages.

Donc plus on mélange les aliments et plus on allonge la digestion. Aussi, plus on dissocie et plus on l’accélère.

Les effets de trop de mélanges alimentaires

Les mélanges alimentaires peuvent affecter certaines étapes de la digestion :

  • Trop d’aliments acides associés aux farineux (comme les pommes de terre) inhibent la qualité des enzymes salivaires et surmènent le pancréas qui suivent.
  • Des molécules d’amidon (hydrates de carbone non dégradés) qui parviennent dans les intestins fermentent et occasionnent ballonnements et gaz.
  • Des fruits crus pris en fin de repas tendent à acidifier le bol alimentaire, à retarder la vidange de l’estomac (ce qui provoque lenteur digestive et reflux acides…) et à acidifier de même les intestins.
  • Des excès de protéines, associées aux farineux et / ou lipides, retardent la phase digestive de l’estomac. 
  • Ils conduisent aussi des protéines non dégradées en aa dans les intestins, ce qui occasionne des putréfactions (c’est-à-dire des gaz très odorants mais qui ne s’entendent pas).
  • Des années de mélanges alimentaires incorrects fragilisent la muqueuse de l’intestin grêle, son inflammation chronique participant à sa perméabilité excessive : des protéines non dégradées passent alors dans le sang et peuvent générer des réactions allergiques, voire participer à la genèse de maladies inflammatoires ou auto-immunes diverses.

Tous les excès de mélanges indésirables épuisent le système nerveux et nos hormones. 

Une seule solution alors, pratiquer le régime dissocié. 

Pourquoi faire un régime dissocié ?

L’objectif du régime dissocié dit est de concourir à une détoxication profonde et rapide de l’organisme. 

C’est le médecin américain Herbert Shelton qui est considéré comme le père de ce régime dissocié. Voici ses recommandations : 

  • Les fruits doux (raisins, pêches, poires….) ne se consommeront pas avec les fruits mi-acides (abricots, prunes…) ou acides (agrumes, ananas…).
  • Les protéines seront dissociées entre elles : viandes, œufs, laitages, poissons… appelant des enzymes et des métabolismes différents.
  • Même conclusion pour les céréales, les légumineuses, les oléagineux…
  • Seuls les légumes verts s’associent correctement avec les protéines OU les glucides des repas.
  • Quant aux lipides, ils ralentissent considérablement toutes les digestions, et plus particulièrement celles des protéines (viandes grasses, fromages gras, poissons + salade huilée, etc.).

En pratique, cela peut donner cela : 

Matin : Fruits frais de saison ou œufs ou un bol de riz

Midi : Crudités variées (ou jus de légumes crus) + protéines (poisson ou volaille ou viande ou œufs ou fromage ou fruits de mer) + légumes verts cuits.

Vers 11 et 18 heures : Fruits frais

Soir : Crudités (ou soupe de légumes ou jus de légumes crus) + céréales (riz, millet, sarrasin, quinoa, maïs, orge, blé, …) + légumes cuits selon appétit.

Les effets négatifs du régime dissocié

Pratiquée de quelques jours à trois mois selon les réserves pondérales et la vitalité disponible, cette cure permet immédiatement de mieux digérer et de perdre son surpoids sans trop d’efforts. 

De nombreux symptômes disparaissent rapidement, le processus de détox étant mis en route, sur le mode d’un jeûne déguisé : lourdeurs digestives, retard de transit, fermentations et putréfactions intestinales, colopathies chroniques, mauvaise haleine, transpiration forte, problème de peau, de phénomènes inflammatoires ou allergiques, douleurs arthritiques, etc.

Mais attention : si tu suis ce régime pendant plus de 3 mois, cela peut-être très dangereux pour ta santé. En effet, cette cure entraîne des pertes protéiques (indispensables non seulement à nos muscles, mais aussi à nos os, à nos muqueuses et à nos tissus de soutien, à nos hormones, enzymes et système immunitaire).

On pourra alors observer par exemple une fatigue, des carences plus ou moins graves et réversibles, une fonte musculaire, une chute de libido, une dépression psychologique voire l’arrêt des menstruations et un effondrement du système hormonal puis immunitaire. 

Rappelle-toi : plus on dissocie, moins on assimile ! 

Pour conclure, ce régime suivi sur quelques jours voire semaines peut-être d’une grande aide pour perdre quelques kilos, mais attention à ne pas le suivre trop longtemps ! 

Pour plus d’informations, voici ma vidéo YouTube :

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pourriez aimer lire :